image
"Une pensée contient toujours deux sortes de choses,
celles qui y sont venues par inspiration
et celles qui y sont venues par alluvion.

Victor Hugo - Extrait de Choses vues

Figurer de la pensée par Raphaël Enthoven

"Je ne peins pas ce que je vois, je peins ce que je pense"
Picasso

"Il faut réfléchir, l’œil ne suffit pas."
Cézanne


"L’artiste a le pouvoir de réveiller la force d’agir qui sommeille dans d’autres âmes."
Friedrich Nietzsche - Extrait de Le gai savoir


Brève éloge de la pensée


Extrait du livre :
Un jeu d’enfant – La philosophie , Raphaël Enthoven- Editions Fayard pages 157-158

Comment se fait-il qu’un feu artificiel
soit toujours moins agréable que le crépitement du vrai bois ?
Que des cheveux savamment décoiffés n’aient jamais la grâce incertaine d’un visage au réveil ?
D’où vient l’espèce de suspicion qui entoure la chirurgie esthétique ?
Qu’est-ce qui fait qu’un bouquet sublime de fleurs en plastique n’arrive pas à la tige d’un seul véritable coquelicot ? Pourquoi l’adjectif "artificiel" est-il péjoratif ?

La beauté de la nature est un discours sans mots, une évidence illisible, une intention secrète (ce que Kant, pensant aux nuages, appelle une "finalité sans fin").

Du coup, l’art authentique, l’art véritable
doit comporter une part de naturalité qui échappe à sa source.

L’art est à lui-même sa propre fin ;
le respect des règles à moins d’importance que leur invention perpétuelle :

"La nature était belle dit-il, lorsqu’en même temps
elle avait l’apparence de l’art ;
et l’art ne peut être appelé beau
que si nous sommes conscients qu’il s’agit d’art
et que celui-ci prend cependant pour nous
l’apparence de la nature."

En préférant la nature incertaine à l’art organisé,
en accordant miraculeusement l’imagination et l’entendement,
Kant libère l’artiste de l’emprise fastidieuse de l’esprit sur le coeur.

Et quelle meilleure façon de magnifier le monde
que de mettre l’artifice en sourdine et de confondre, à nouveau,
les satellites et les étoiles filantes,
les baisers d’acteurs et les baisers d’amour,
un réverbère et la pleine lune,
la musique et la compassion,
l’orage et la colère des dieux,
le ciel et la voûte céleste,
les nuages et les gâteaux de chocolat blanc ?

Agrégé de philosophie, journaliste à Philosophie Magazine, professeur aux « Mardis de la philo » et maître de conférences à Sciences-Po, Raphaël Enthoven a notamment co-fondé avec Michel Onfray l’Université Populaire de Caen, présidé la Conférence Olivaint