image
"Le monde contemporain n’est peut-être pas exactement l’endroit le plus brillant où l’on puisse rêver de vivre. C’est une espèce d’étrange carnaval. Où il y a pas mal de douleur mais qui peut-être assez drôle aussi."
David Lynch

David Lynch

Étudiant en arts plastiques, David Lynch s’essaye très tôt au cinéma, se livrant à diverses expérimentations aboutissant à Eraserhead en 1976, film-cauchemar traumatisant, tourné dans un noir et blanc crasseux d’une audace étonnante.

C’est en voyant ce film hors norme que Mel Brooks décide de confier à Lynch la réalisation d’un projet qui lui tient à cœur, Elephant Man (1981). Le film, tourné dans un beau noir et blanc, est une éclatante réussite et le rend célèbre (il remporte au passage le Grand Prix du Festival d’Avoriaz).

Le succès d’Elephant Man lui ouvre les portes de la super-production, avec Dune (1984), adapté de l’œuvre de Frank Herbert, un film dans lequel David Lynch s’essaye à la science-fiction. Le résultat, mitigé, partage les spectateurs. Le réalisateur, lui, renie ce film dont il n’a pas eu le final cut.

David Lynch revient en force avec un de ses films les plus marquants : Blue Velvet (1986), qui remporte le Grand Prix du Festival d’Avoriaz.

Avec son film suivant, Sailor et Lula (Wild at Heart, 1990), c’est la consécration : à Cannes, il vaudra une Palme d’Or à son auteur

Véritable iconoclaste, David Lynch défie toute catégorisation, ayant su créer tant dans ses séries que dans ses films un univers surréaliste complètement personnel. Beaucoup de ses films se jouent de toute narration cinématographique conventionnelle, en particulier des lois du film noir : c’est le cas, notamment d’une des séries de David Lynch : Twin Peaks (1992Lost Highway (1997) ou Mulholland Drive (2001).

En plus du talent qu’on lui connaît, compositeur, monteur, mixeur, décorateur, animateur, producteur, scénariste, cadreur, ingénieur du son, réalisateur, David Lynch est aussi acteur. Il se met lui-même en scène dans la série Twin Peaks et le film éponyme, où il tient le rôle de l’agent Gordon Cole, dont la particularité est d’être malentendant. Il collaborera également avec d’autres réalisateurs tels que Tina Rathborne (Zelly and me) [(1988)], Michael Almereyda, dans le rôle d’un réceptioniste d’une morgue dans le film Nadja [(1994)], puis récemment dans Midnight Movies, un documentaire de Stuart Samuels [(2006)].

Une histoire vraie (The Straight Story, 1999), dont le scénario a été écrit par sa femme Mary Sweeney, est un film à part, qui semble (en apparence du moins) très apaisé et humaniste par rapport aux autres films de David Lynch.

David Lynch n’hésite pas non plus à manipuler certains clichés cinématographiques de manière subversive (cf. Blue Velvet, où il transforme en cauchemar l’idéalisme des années 1950, ou dans Twin Peaks, la série, qui va du mélo à l’angoisse, en passant par la comédie).

En 2002 Lynch préside le jury du festival de Cannes.

Son dernier film, Inland Empire, sorti en France le 7 février 2007, a été tourné pour moitié en Pologne, pour moitié aux États-Unis. Il s’agit d’une co-production américano-polono-française. Les scènes polonaises ont été tournées à Lodz où Lynch réalise le projet de créer une école de cinéma.

En Mars 2007, la Fondation Cartier (Paris) accueille une exposition de David Lynch, The Air Is On Fire, qui regroupe photos, œuvres plastiques et sonores du réalisateur. Cette exposition est l’occasion pour le public français d’apprécier les multiples facettes de Lynch, son univers dérangeant et poétique, peu de temps après la sortie d’Inland Empire.