image
"Le sexe n’est pas l’amour,
ce n’est qu’un territoire que l’amour s’approprie."

Milan Kundera - Extrait de Le Livre du rire et de l’oubli

Révolutions sexuelles

"De toutes les perversions sexuelles, la chasteté est la plus dangereuse."
George Bernard Shaw

- Laisser un commentaire

Anne-Claire Rebreyend Docteure en histoire, elle a publié une thèse intitulée « Pour une histoire de l’intime. Sexualités et sentiments amoureux en France de 1920 à 1975 ».

Sociologie du couple - l’émission Les chemins de la connaissance par Jacques Munier -


livres à découvrir

Marie-Thé Laurentin Le chemin des noces - Archipel - 2007

L’amour est-il enfant de bohème et le mariage fruit de la raison ? Le premier, en effet, se décline au pluriel, évoque les fantaisies des sentiments et des passions alors que le second ancre l’individu dans un statut social, civil et religieux.

Or, le mariage paysan a préfiguré, dès le XIXe siècle, ce que serait le mariage d’amour. Sans doute parce que, à l’intérieur d’un carcan sévère, il y avait place pour une certaine liberté de choix et pour l’inclination. Les amours campagnardes, une fois célébrées, innervaient l’institution forte et rigide du mariage. L’amour, qui se disait « amitié », animait un schéma matrimonial parfaitement balisé par la famille, le groupe, les pouvoirs publics, l’Église. Leurs messages respectifs coïncidaient et les rituels s’accordaient pour harmoniser la vie d’un couple solide bien qu’encerclé par de lourdes contraintes de vie.

Le Chemin des noces est le résultat d’un long travail de recherche en histoire, sociologie, théologie et droit. Il s’inscrit à la charnière de deux siècles et de deux civilisations, de la fin du XIXe au début du XXe siècle. Dans cet ouvrage, Marie-Thé Laurentin raconte comment nos ancêtres, à l’occasion des noces, période de liesse et de transgression, intégraient leurs amours dans l’institution.


Sylvie Cohen Manuel de subversion amoureuse - Après la lune - 2007

Une ville côtière au sud de la France. Agathe et Théo ont la trentaine, de l’argent, des amis aisés, et toutes leurs illusions. Mais sous le vernis de l’insouciance pointe une réalité plus trouble. Agathe veut devenir une artiste. Elle fréquente un autre monde, plonge dans l’adultère, jusqu’à s’y perdre.