image
"Je suis ce qu’il y a de plus vivant et de plus froid dans l’univers.
Que la ville entière se consume, peu m’importe.
A quoi me servirait d’être battue, abreuvée d’injures et de sperme, livrée à une extase de martyre, si ce n’était pour me rendre cette présence à moi-même dans laquelle j’excelle, que j’adore et je hais :
celle d’un corps froid et chaste, nourri d’une enfance sans histoire et du pas glissé des servantes ?"

Caroline Lamarche - extrait des Carnets d’une soumise de province. - Gallimard, 2004

Caroline Lamarche

"On me demande souvent si mes histoires sont “ purement imaginaires ”. Plutôt que de m’empêtrer dans ces justifications bizarres que le public ne réclame qu’aux auteurs féminins, j’affirme qu’elles sont un “ résultat ”, à savoir : Tout ce qui arrive, commence à exister à la suite et comme effet de quelque chose, avec un caractère durable. (Le Petit Robert). Je ne me prononcerai pas sur le caractère durable de mes créations. Mais qu’il y ait, dans le moindre de mes actes, une tyrannie du résultat, et que ce résultat soit l’écriture, c’est un fait évident. La vie et l’art entretiennent un rapport de pouvoir. Quant à savoir qui domine l’autre... En attendant, place à la tyrannie d’Internet et bienvenue sur ce site, qui commencera à exister avec vous, à la suite et comme effet de quelque chose."

Bibliographie

Le jour du chien - Minuit, 1996

Un chien perdu court le long de l’autoroute. Des automobilistes et un cycliste s’arrêtent. Cette vision agira comme un révélateur sur ces témoins, accompagnant en filigrane leurs drames intimes. Six personnages en quête d’un chien.


La nuit l’après-midi - Minuit, 1998

Une femme ne se souvient pas de son enfance. Sauf d’une chose, dont elle fut délivrée autrefois par l’amour d’une servante, et qu’elle tente de revivre en répondant à une petite annonce. Dès lors, à la douleur qu’elle connaissait avec Gilles, son amant, se substitue la douleur infligée sur demande par l’homme roux.


J’ai cent ans - Editions du Rocher/Le Serpent à Plumes/ Motifs 1999

À travers ces histoires réalistes ou fantasques court le fil rouge d’une voix unique : celle d’un automate centenaire dont le chant est la seule mémoire.


L’ours - Gallimard, 2000

Pour écrire, une femme veut devenir chaste. Armée de ce projet étrange, elle rencontre un prêtre. Lecteur passionné, ami jaloux et caustique, il réveille en elle le souvenir d’un amour d’enfance : celui qu’elle a éprouvé pour Blas, le guide de montagne, averti avant tous de l’invisible présence de l’ours.


Le rêve de la secrétaire - L’Esperluète, 2002

Un récit bref, jailli de la nuit, quelques pages entre songe et réalité. L’amour, l’enfance, ce que la vie noie dans son eau trouble. ?Tant qu’on rêve, on est vivant ?. Une sombre et étincelante méditation, accompagnée de monotypes d’Alain Petre.


Lettres du pays froid - Gallimard, 2003

Alexis, un jeune homosexuel victime d’un suicide raté, ne survit que pour organiser une nouvelle tentative de meurtre contre lui-même. Face à lui, une femme habitée par ses rêves se laisse happer par ce malheur exceptionnel.


Twee vrouwen van twee kanten - Entre-deux - Le Fram, 2003

Un recueil double. Les poèmes, en édition bilingue, de deux transfrontalières de la même génération, Hilde Keteleer (traduite par Frans De Haes) et Caroline Lamarche (traduite par Hilde de Keteleer ). Une complicité digne d’un pays dont les poètes, de part et d’autre, se cherchent et se répondent.


Vent frais par matin clair, gravures de Dacos, Le Tétras-Lyre, 2004

L’histoire d ’une prescription de beauté


Carnets d’une soumise de province. - Gallimard, 2004

Un homme et une femme vivent une passion singulière, aussi ritualisée qu’extrême. Le récit d’une emprise et de sa subversion.


Voies libres Editions du ministère de l’Equipement et des Transports de la Région Wallonne, 2005

Le photographe Christian Carez et la romancière Caroline Lamarche ont sillonné, solitaires, à leur propre rythme, les berges de la Meuse, de la Sambre, de l’Escaut... De cette errance intime et libre sont nés des photos et des textes qui mêlent la réalité, la fiction et la mémoire.


Karl et Lola - Gallimard, 2007