image
« Il faut que le tableau apporte à qui le regarde
une occasion propice, l’occasion d’un voyage. »
Paul Delvaux

Paul Delvaux

Exposition " De demain à Delvaux" du 22 mars au 28 juin 2009 Grand Curtius, Féronstrée 86, 4000 Liège.

Paul Delvaux (Antheit, le 23 septembre 1897 - Furnes le 20 juillet 1994) est un peintre belge.

Il étudie à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles et se joint en 1937 au mouvement surréaliste, après avoir vu les peintures de René Magritte et Giorgio de Chirico.

Il expose ses œuvres à l’exposition des surréalistes de Paris en 1938.

Sa peinture très caractéristique est faite de paysages figés peints de manière hyper-réaliste où évoluent des femmes nues, de jeunes éphèbes. Un autre univers favori de Paul Delvaux est le chemin de fer (Trains du soir).

Il a peint également de grandes compositions murales comme celle du Casino-Kursal d’Ostende, du Palais des Congrès de Bruxelles, de l’Institut de Zoologie à Liège.

Le village de Saint-Idesbald dans l’entité de Coxyde, sur la côte belge où il a vécu longuement depuis 1945 lui a consacré un musée depuis 1982.

Delvaux n’a jamais rien dit ni écrit du sens de son oeuvre, mais parfois il a parlé du "faire".

" J’ai toujours eu une grande joie à peindre et j’ai vécu tous mes tableaux pendant que je les exécutais. Chaque sujet à fait l’objet d’un long travail d’élaboration avant d’arriver à l’harmonie et à l’équilibre que j’ai tenté d’y apporter. Evidemment, cela représente un grand effort, d’abord par l’architecture qu’un tableau doit comporter, et ensuite par le choix des couleurs en rapport avec le climat poétique qu’on veut y introduire."

Après avoir peint des gares, des lieux de labeur et des écrins de vie sociale, Delvaux trouve son univers dans les années 1930.

" C’est tout un ensemble d’éléments poétiques qui m’ont été révélés vers 1930-1935. Et alors, je me suis dit : mais il y a autre chose que la peinture, il y a quelque chose qui va plus loin, beaucoup plus loin. J’ai alors commencé à faire cette peinture surréaliste dans laquelle j’ai essayé d’exprimer un sentiment profond, plus important que le sentiment de la peinture pure ... Après avoir longtemps cherché, j’ai enfin pu choisir."

Et de ses considérations sur la peinture.

" La peinture est un moyen d’expression tout comme la musique, la littérature, la sculpture. Seulement, alors que la musique se sert d’éléments abondants pour s’exprimer, la peinture, elle, utilise ce qui existe autour d’elle, les éléments de la nature : un arbre, une maison, une rivière, etc. Seulement, il est bien entendu qu’elle transforme ces éléments naturels pour créer un tableau. Il est évident qu’il ne suffit pas de copier la nature pour faire un tableau, mais bien de la recréer pour donner un ensemble poétique valable."