image

1991 - Asakusae -Orientation 50°nord

le soir - Samedi 25 mai 1991

Dix artistes belges au Japon
Keskseksa Asakusaé-Orientation 50° Nord ?

Quelques photos aux murs, dix minutes de télé nipponne. Des idées et des sensations plein la tête, c’est tout ce qui reste d’un voyage d’un mois de dix artistes belges à la rencontre de l’art au pays du Soleil levant.

- C’était vraiment la lune, raconte Jean d’Outremont qui est un des heureux élus des sponsors d’Asakusaé-Orientation 50° Nord, cette exposition d’échange d’art contemporain Japon/Belgique. Tout est tellement différent à Tokyo. L’artiste y vit comme un chien. Nous avions de la chance, logés, nourris à l’oeil. Nous étions basés dans une école inoccupée.

Pendant un mois, Thérèse Chotteau, Jean d’Outremont, Évelyne Dubuc, Monika et Bernard Hubot, Michel Mouffe, Veerle Pinckers, Séroux, Christine Wilmes, Bernard Villers et Catherine Warmoes s’en sont donné à coeur joie pour décorer les anciennes classes d’oeuvres réalisées sur le tas. Ils avaient carte blanche et rivalisaient en originalité avec leurs « zomologs » japonais.

- Ce qui est étrange dans ce croisement de cultures, poursuit Jean d’Outremont, c’est l’abolition des préjugés. Ici, les gens ont une image d’un art japonais très sobre, très dépouillé. Alors que la tendance actuelle vire plutôt vers la surcharge des éléments. Et nous qui avons plutôt une histoire de l’art baroque, nous sommes à la recherche de la ligne pure.

Ainsi, les Belges ont réalisé une rangée de croissants de plâtre suspendus à l’aide de bandes de papier collant. Une chaise et quelques briques éparses investissent l’espace d’une classe. Un délire de graffiti au fusain mange un mur. Des silhouettes à la craie estampillent la cour de récréation, comme si un massacre à la tronçonneuse s’y était déroulé.

L’expo tourne encore à Tokyo et les Belges se préparent déjà à accueillir les artistes japonais au Cinquantenaire. En novembre.

Hermine BOKHORST