image
"L’art consiste à ne pas laisser la nature se dissoudre en moyens de production,
en objets de consommation ou en symboles mathématiques."

Alain Finkielkraut - Extrait d’une interview dans Libération - 15 Janvier 2000

Alain Finkielkraut

Répliques sur France Culture

Comme l’attestent la multiplication spectaculaire des programmes interactifs ou le recours systématique aux micro-trottoirs, l’idée dominante aujourd’hui dans les grands médias est que chacun sait immédiatement ce qu’il pense et veut, sans délai, pouvoir le dire.

Avec les débats de Répliques, où deux invités confrontent leurs points de vue sur les grandes – ou petites – questions auxquelles par profession, par curiosité ou par engagement, ils ont été conduits à réfléchir.

Alain Finkielkraut fait l’hypothèse inverse : pour saisir les enjeux, pour savoir quoi penser, pour se faire une opinion personnelle, on a besoin d’être éclairé par d’autres et d’écouter silencieusement des conversations qui prennent leur temps et qui problématisent le monde. Qui l’humanisent aussi, car un monde où il n’y aurait que des bouches pour s’exprimer et plus d’oreilles pour entendre, serait en apparence parfaitement démocratique, mais cesserait, en réalité, d’être tout à fait humain.

A titre d’exemple :

L’avenir des musées avec Françoise Cachin, directeur honoraire des Musées de France, signataire de la pétition "Les musées ne sont pas à vendre", et Bruno Racine, actuel Président du Centre Pompidou.


Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud (où il est entré en 1969), agrégé de Lettres modernes, Alain Finkielkraut est le fils unique d’un maroquinier juif polonais déporté à Auschwitz.