image
"Le sommeil de la raison engendre des monstres."
Francisco de Goya - Extrait de la légende d’une gravure des Caprices

Tres de Mayo

extrait de Répliques d’Alain Finkielkraut - France culture

Tres de Mayo (en français Trois mai) est, avec Dos de Mayo, le plus célèbre tableau du peintre espagnol Francisco Goya.

Ce tableau, également appelé Les Fusillades du 3 mai, est la suite directe des événements décrits par Dos de Mayo. Dans la nuit du 2 au 3 mai 1808 les soldats français - en représailles après la révolte du 2 mai - exécutent les prisonniers espagnols qu’ils ont faits au cours de la bataille.

Témoin de l’ambiguïté du message de Goya, la lanterne au centre peut évoquer le siècle des Lumières et le fait que, dans certains cas, il puisse dégénérer en violence sanglante.La chemise blanche de l’espagnol symbolise son innocence .. Le sujet est un événement contemporain et la composition s’avère d’une hardiesse évidente, le peuple entre dans l’Histoire, voire dans la légende, par le seul geste de peindre, annonçant ainsi Delacroix et la peinture romantique. Ce tableau, comme plus tard le « Guernica » de Picasso, se lit comme un cri de révolte contre la barbarie, doté d’une dimension universelle et intemporelle. A présent encore, ces deux tableaux nous parlent avec force de modernité. Les victimes, épuisées, exténuées, offrent leur corps, les bras en croix, tandis que les donneurs de mort n’ont même pas de visage. Posée à même le sol, une lampe transperce la nuit noire de Madrid, illuminant, en contre-plongée, le désespoir des victimes.