image
"Tous les hommes ont un secret attrait pour les ruines.
Ce sentiment tient à la fragilité de notre nature,
à une conformité secrète entre ces monuments détruits
et la rapidité de notre existence."

François René de Chateaubriand

Jean-Claude Carrière : Fragilité

l’émission "Parenthèse" par Laurence Luret - France Inter

« J’ai rencontré quelques grands ancêtres, Shakespeare et Dostoïevski, les auteurs inconnus du Mahâbhârata, Corneille, Chateaubriand, Balzac, Proust. Ils m’ont appris ce que je savais sans doute déjà : un personnage ne peut nous toucher que lorsque nous avons trouvé en lui ce que nous appelons “vulnérabilité”."

Tout le théâtre, tout le cinéma, toute la littérature, toute forme d’expression repose sur la fragilité. Elle est notre source cachée, le moteur de toute émotion et de toute beauté. Acceptons-la. Revendiquons-la. Soyons frêles mais souples. Et calmes devant l’inconnu. Nous devons préserver notre fragilité comme nous devons sauver l’inutile. L’inutile, parce qu’il nous sauve du simple calcul productif, maître du monde. Il nous permet de nous en évader, il est notre issue de secours.
La fragilité, parce qu’elle nous rapproche les uns des autres, alors que la force nous éloigne. » Jean-Claude Carrière


Né dans une famille de viticulteurs, Jean-Claude Carrière est un ancien élève du Lycée Lakanal et de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud. Après une licence de Lettres et une maîtrise d’Histoire, il abandonne rapidement sa vocation d’historien pour le dessin et l’écriture.
Il publie en 1957 son premier roman, ’Lézard’ , et rencontre Pierre Etaix chez Jacques Tati avec qui il cosigne des courts et des longs métrages. Sa collaboration avec Bunuel durera dix-neuf ans jusqu’à la mort du grand réalisateur.
Parallèlement, il poursuit sa carrière de dramaturge et adaptateur en particulier avec Jean-Louis Barrault et Peter Brook.

Le recit est un chemin
qu’il faut suivre pour se perdre.

Jean-Claude Carrière

Bibliographie 1957 : Lézard, roman
1962 : L’Alliance, roman
1965 : Dictionnaire de la Bêtise, co-signé avec Guy Bechtel
1988 ; Conversations sur l’invisible, co-signé avec Jean AUDOUZE et Michel CASSÉ, Belfont 1988 et PLON 1996
1990 : Anthologie de l’humour 1900
1992 : La Controverse de Valladolid, récit
1993 : Simon le mage
1994 : La force du Bouddhisme, cosigné avec Tenzin Gyatso (14e Dalaï Lama)
1995 : Regards sur le visible, cosigné avec Jean AUDOUZE, PLON 1996
1999 : Le cercle des menteurs
2000 : Le vin bourru, autobiographie de sa jeunesse à Colombières-sur-Orb.
2001 : Le dictionnaire des révélations
2004 : Détails de ce monde
2005 : Einstein s’il vous plaît
2006 : Fragilité, essai paru chez Odile Jacob


Filmographie / Scénariste

Ulzhan (Prochainement), de Volker Schlöndorff

L’Affaire Salieri (Prochainement), de Yves Angelo

Goya’s Ghosts (2007), de Milos Forman

Birth (2004), de Jonathan Glazer

Rien, voilà l’ordre (2004), de Jacques Baratier

Salsa (2000), de Joyce Buñuel

La Guerre dans le haut pays (1999), de Francis Reusser

Le Plus beau pays du monde (1999), de Marcel Bluwal

Les Paradoxes de Bunuel (1998), de Jorge Amat

Chinese box (1997), de Wayne Wang

L’Associe (1997), de Donald Petrie

Le Roi des Aulnes (1996), de Volker Schlöndorff

Golden boy (1996), de Jean-Pierre Vergne

Le Hussard sur le toit (1995), de Jean-Paul Rappeneau

La Nuit et le moment (1995), de Anna Maria Tato

Le Retour de Casanova (1992), de Edouard Niermans

Le Mahabharata (1991), de Peter Brook

En liberté dans les champs du Seigneur (1991), de Hector Babenco

Cyrano de Bergerac (1990), de Jean-Paul Rappeneau

Milou en mai (1990), de Louis Malle

Valmont (1989), de Milos Forman

J’écris dans l’espace (1989), de Pierre Etaix

La Nuit bengali (1988), de Nicolas Klotz

L’Insoutenable légèreté de l’être (1988), de Philip Kaufman

Les Possédés (1988), de Andrzej Wajda

Les Exploits d’un jeune Don Juan (1987), de Gianfranco Mingozzi

La Derniere Image (1986), de Mohamed Lakhdar Hamina

Un Dieu rebelle (1986)

Oviri (1986), de Henning Carlsen

La Jeune fille et l’enfer (1986), de François Mimet

Max mon amour (1985), de Nagisa Oshima

Auto défense (1985), de Herve Lavayssiere

Itinéraire Bis (1983), de Christian Drillaud

Un Amour de Swann (1983), de Volker Schlöndorff

Le Général de l’armée morte (1983), de Luciano Tovoli

Le Retour de Martin Guerre (1982), de Daniel Vigne

Danton (1982), de Andrzej Wajda

La Tragedie de Carmen (1982), de Peter Brook

Antonieta (1982), de Carlos Saura

L’Indiscrétion (1982), de Pierre Lary

Le Faussaire (1981), de Volker Schlöndorff

Haute Surveillance (1981), de Pierre-Alain Jolivet

Le Tambour (1979), de Volker Schlöndorff

Ils sont grands, ces petits (1979), de Joël Santoni

Retour à la bien-aimee (1979), de Jean-François Adam

L’Associé (1979), de René Gainville

Sauve qui peut (la vie) (1979), de Jean-Luc Godard

Slachtvee (1979), de Patrick Conrad

L’Homme en colère (1979), de Claude Pinoteau

Chaussette surprise (1978), de Jean-Francois Davy

Un Papillon sur l’épaule (1978), de Jacques Deray

Cet obscur objet du désir (1977), de Luis Buñuel

Julie pot de colle (1977), de Philippe de Broca

Le Gang (1977), de Jacques Deray

Le Diable dans la boîte (1977), de Pierre Lary

La Chair de l’orchidée (1975), de Patrice Chéreau

La Faille (1975), de Peter Fleischmann

Les Oeufs brouillés (1975), de Joël Santoni

Leonor (1975), de Juan Luis Buñuel

Le Fantôme de la liberté (1974), de Luis Buñuel

La Femme aux bottes rouges (1974), de Juan Luis Buñuel Ce film est projeté dans 1 salle.

Sérieux comme le plaisir (1974), de Robert Benayoun

Grandeur nature (1974), de Luis Garcia Berlanga

France, societe anonyme (1973), de Alain Corneau

Le Charme discret de la bourgeoisie (1972), de Luis Buñuel

Un Homme est mort (1972), de Jacques Deray

Le Droit d’aimer (1972), de Eric Le Hung

Liza (1971), de Marco Ferreri

Un Peu de soleil dans l’eau froide (1971), de Jacques Deray

Taking Off (1971), de Milos Forman

Borsalino (1970), de Jacques Deray

La Voie lactée (1969), de Luis Buñuel

La Pince à ongles (1969), de Jean-Claude Carrière

La Piscine (1968), de Jacques Deray

Le Grand amour (1968), de Pierre Etaix

Pour un amour lointain (1968), de Edmond Séchan

Belle de jour (1967), de Luis Buñuel

Le Voleur (1966), de Louis Malle

Miss Muerte (1966), de Jesus Franco

Tant qu’on a la santé (1966), de Pierre Etaix

Hotel Paradiso (1966), de Peter Glenville

Viva Maria ! (1965), de Louis Malle

Cartes sur table (1965), de Jesus Franco

Le Journal d’une femme de chambre (1964), de Luis Buñuel

Yoyo (1964), de Pierre Etaix

Le Bestiaire d’amour (1963), de Gérald Calderon

Le Soupirant (1963), de Pierre Etaix

Rupture (1961), de Pierre Etaix

L’Alliance, de Christian de Chalonge