image
"L’art contemporain a apporté une rupture fantastique dans notre rapport à l’art.
Cette rupture elle est à la fois simple et difficile à formuler.
(…) C’est une rupture au niveau de l’identité."
Daniel Sibony

La peinture, un art contemporain par Daniel Sibony


renouveler la question esthétique - extrait
L’art contemporain par Daniel Sibony

Entretien donné à “Philophil” - France Inter


l’identité des artistes - extrait

 l’identité et l’art contemporain - extrait

"CREATION, Essai sur l’art contemporain"

Seuil - octobre 2005 - Présentation de l’éditeur

L’art contemporain suscite passion, perplexité, intérêt, mépris ou suspicion... selon les cas ; selon la manière dont " ça choque " nos identifications. Et si cet art, comme phénomène vivant, avait des enjeux essentiels, qui touchent à notre rapport au monde, aux autres, au transcendant, à la valeur, et à cette chose étrange et galvaudée qu’on appelle la création ? En fait, qu’est-ce qui spécifie l’art contemporain ? Que s’y passe-t-il pour les artistes, pour les publics ? Où en sont leurs liens complexes, qu’on dit " interactifs " ? Comment se fixe la valeur de ces œuvres singulières, qui sont souvent des cassures où éclatent jubilation et détresse, exaltation et défaite ? Que cherchent donc ces artistes sur l’arête où ils nous montrent à la fois la plénitude et l’angoisse, le désir et l’effondrement, le plaisir et son au-delà douloureux ? Comment ces narcissismes enthousiastes et blessés deviennent-ils créateurs de réalité ? Pourquoi notre idée même de l’esthétique est-elle forcément bousculée, ainsi que notre notion d’identité - dont on sait la portée subjective et planétaire ? Ce livre - le trentième de l’auteur - répond de façon nouvelle, offrant une approche inédite à ceux qui veulent plonger dans l’inconscient de l’art actuel. Docteur d’État en mathématiques et en philosophie, Daniel Sibony est psychanalyste. Il est notamment l’auteur de Entre-deux, Les Trois Monothéismes, Le Corps et sa danse, Proche-Orient. Psychanalyse d’un conflit, L’Enigme antisémite.

L’art contemporain a apporté une rupture fantastique dans notre rapport à l’art. Cette rupture elle est à la fois simple et difficile à formuler. Elle est distincte de toutes les ruptures qui scandent les écoles, les tendances. (…) Cette rupture je pense l’avoir cernée. C’est une rupture au niveau de l’identité. Autrefois les artistes étaient mandatés par la société pour lui montrer je dirais son idéal, son dieu. (…) L’art contemporain lui c’est comme s’il s’était dit : “Voilà, on va faire des oeuvres - cela n’a pas été décidé - on va faire une oeuvre où à la fois vous ne pouvez pas vous identifier et qui, en même temps, vous invite à vous identifier quand même”. A quoi ? A cette cassure qu’elle vous présente. Et là je trouve que l’art contemporain a eu une intuition… L’art contemporain entérine notre tendance à nous identifier : on aime quelque chose parce qu’on s’y retrouve. Il y a toujours de l’amour narcissique… Et, en même temps, il y a quelque chose comme une cassure du narcissique.

Le site de Daniel Sibony : www.danielsibony.fr