image

Exposition chez Fred Lanzenberg du 31 mars au 14 mai 2011

é c l a t s


Vernissage ce jeudi 31 mars 2011 de 18 à 21 heures de la nouvelle exposition chez Fred Lanzenberg


Exposition du 31 mars au 14 mai 2011


Ouvert du mardi au samedi de 10h à 12h30 - 14h à 19h
Galerie Fred Lanzenberg
avenue des Klauwaerts 9 - Etangs d’Ixelles
1050 Bruxelles
tel : +32(0)2 647 30 15 - portable +32 475 73 40 15
lanzenberg.galerie@skynet.be

Avec "Éclats", la nouvelle exposition Séroux chez Fred Lanzenberg à Bruxelles, les encres sanguines et aquarelles sur papier abordent ici l’intime du frémissement, du plaisir, du cri, de l’extase, de l’effroi de la perdition au travers d’expressions paroxystiques.
La perte de contrôle, l’égarement, le vertige des gouffres, l’orgasme comme lieu de reconnaissance de soi sont comme à l’œuvre lorsque tout vole en éclats, et ouvre à ce qui dépasse l’entendement.

Voler en éclats
Par l’emploi d’encres sur papier, le hasard s’invite et joue des coudes, déraille l’image. Et par la série, par des agencements de dessins, c’est de l’impossibilité de dire la chose de façon univoque dont il est question tant l’expérience de la vie est plurielle, insaisissable. Ici, se laisser gagner par le trouble signifie avoir le goût d’affronter en nous ce qui laisse à désirer. Indéfiniment.

Le sens du vertige
Dans les portraits d’artistes, de chercheurs, d’hommes et de femmes tous rencontrés "comme" et "par" hasard, le même regard démultiplié est à l’œuvre, scrutant l’apparence pour en dépasser la simple lecture figurative. Qu’il s’agisse de Gilbert and Georges, Luc Tuymans, Sophie Calle, Catherine Millet, Douglas Hofstadter, Edouard Glissant et tant d’autres, on s’aperçoit qu’ils partagent probablement un même sens du vertige, chacun à leur manière : celui d’une proximité à n’en plus finir avec l’indéfinissable.